AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Barthes et l'individuation, "La vie comme phrase" (par Macé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwann Bleu

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Barthes et l'individuation, "La vie comme phrase" (par Macé)   Mer 25 Fév - 20:11

* Difficulté à saisir "l'être unique" (à le prédiquer ou à en faire la science) alors que l'individuation est le concept-clef de la redéfinition moderne du sujet (processus sans fin par lequel un être constitue et fortifie son individualité).

La singularité serait alors le terme de ce mouvement de différenciation : processus énergétique permettant la constitution de soi, tout en maintenant une réserve de ce qui est collectif/pré-individuel (chez Jung, cela est différent, car l'individuation est un processus/mouvement de maturation et de libération des fausses enveloppes de la persona).

* La phrase est une allégorisation/dimension de l'individuation : elle peut être une forme à soi, d'un autre (auteur) que l'on cherche à suivre (la phrase s'achève, ce qui n'est pas le cas de l'individuation).

* Question du style :
- Association étroite entre le singulier et une forme (énigme de l'individuation et façon dont les mots l'interceptent).
- Le style est à la fois la splendeur et la prison de l'écrivain - comment suivre ce style solitaire ? (<> parole qui est ouverte, qui est un horizon) Familier d'un passé personnel et singulier.
- L'écriture est la force de s'individualiser, de se déphaser (mouvement de la singularisation) : risque toujours de se déposer dans l'inertie d'un style.

* Question de la phrase :
- Elle est close, finie, il n'y a pas de phrase vivante.
- Le style consiste à transformer ces phrases antérieures (le donné). Chez Flaubert, la phrase devient objet (unité de travail/style/vie).
- Résister à finir, c'est résister à se borner soi-même (on peut toujours ajouter quelque chose à la phrase).
- L'individu butte sur cette fin (de la phrase), la langue intérieure est sans phrase (ce sont des mots).
- Cet informe de la non-phrase qui libère de l'exigence de se choisir et d'être soi-même (phrase est une contrainte à la prédication et à l'achèvement) - pourtant il y a une jouissance dans la concrétion de la phrase.


* Source : http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=2023
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erwannbleu.canalblog.com
 
Barthes et l'individuation, "La vie comme phrase" (par Macé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Affiche Astérix mac do 2010 "venez comme vous etes"
» "Comme un lundi" 2 nouvelles pages le 24 juin
» Série humoristique "C'est comme ça" tournée au Nikon D3s
» " J'ai comme une envie...."
» "Volga", une montre pas comme les autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Brouillon Forum - :: Sphère-
Sauter vers: